Je vous partage aujourd’hui le témoignage d’Anne-Marie. Elle a vu sa vie transformée, guérie et restaurée par notre Seigneur, et c’est là Sa volonté pour chacun d’entre nous. Nous pouvons tous vivre plus avec Dieu. Nous vivons parfois dans une religion qui est en quelque sorte vidée de ce qui en fait la force. Mais une réelle relation avec Dieu doit nous pousser à voir le surnaturel comme étant naturel dans nos vies. Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance.” (1 Corinthiens 4:20). Nous sommes ici afin que la volonté de Dieu soit faite sur la terre comme elle l’est au Ciel.


 

 

Il n’est pas trop tard. Dieu peut encore te restaurer et te restituer.

Voici à quoi ressemblait ma vie avant:
Je m’appelle Anne-Marie. Je suis née dans une famille qui croyait en Dieu. On allait à l’église tous les dimanches. Ma maman m’a apprit l’importance et la puissance de la prière. Et mon papa m’a enseigné le don de soi et la générosité. J’ai grandi au sein d’une famille évangélique traditionnelle qui croyait au salut par la grâce de Dieu et non pas par nos œuvres humaines mais nous avions des lacunes quant à nos connaissances sur les dons de l’Esprit et sur ce que contenait exactement le don de Jésus à la croix. Nous savions que nous étions pardonné de nos péchés présents, passés et futurs par le prix du sang de Jésus à la croix. Mais nous ignorions alors complètement ce que Christ nous donnait également par les meurtrissures de son corps.

Bref, j’ai grandit de façon stable et heureuse puis je me suis mariée en 2005 à un homme merveilleux. Un fils de pasteur. Traditionnel. Et nous avons eu 3 merveilleuses princesses bénies. Notre grande fille Abigaël qui a maintenant 10 ans, Coralie a 9 ans et notre dernière qui aura 7 ans bientôt. Pour moi la maternité devait être un endroit d’épanouissement, de joie, de croissance et d’amour. Ça n’a malheureusement pas été le cas. Lorsque j’ai accouché de ma première fille, j’avais mis des attentes beaucoup trop hautes et le diable s’est servi de ça pour apporter sur moi la culpabilité, la honte, le découragement. Et s’en est suivi une fatigue extrême pour en finir avec une dépression majeure qui a duré plus de 7 ans.

La rage, les cris et la colère faisait parti de mon quotidien. Je me demande encore comment j’ai réussi à faire l’école-maison pendant plus de 4 ans. Puis en 2011, environ 6 mois après mon dernier accouchement, la fatigue était devenue extrême et j’ai commencé à avoir des symptômes étranges. Je suis donc allée voir mon médecin de famille de l’époque pour finalement apprendre que j’étais diagnostiqué avec la colite ulcéreuse. C’est une maladie chronique et incurable. Je me retrouvais donc médicamentée à vie pour contrôler la maladie.

Trois années ont passées. Malade, à bout de souffle, à bout de nerf, misérable, épuisée… Quand mon mari rentrait du travail le soir, j’étais couchée sur le divan en pyjama. Et quand j’entendais la clé dans la serrure, je me levais du divan pour aller me coucher dans mon lit.

Puis en janvier 2014 je criai à Dieu. J’étais à bout. À bout de la maladie, à bout de la dépression, de la fatigue, des cris, de la colère. Et j’ai carrément dit à Dieu “SI C’EST ÇA LA VIE CHRÉTIENNE, JE N’EN VEUX PLUS”. Je préférais à ce moment là, renier Dieu et aller faire ma vie dans le monde loin de Dieu, et avoir une joie éphémère plutôt que d’être AVEC DIEU sans rien vivre du tout. J’étais épuisée de lire les promesses de la Bible et de ne pas les vivre : “Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés” ou encore “Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix”. QUELLE PAIX!?

Depuis mes 15 ans (j’en ai aujourd’hui 33) je servais le Seigneur dans mon église locale et dans les missions. Mais ce n’est pas parce qu’on fait des choses POUR DIEU que nous sommes nécessairement là où Dieu VEUT que nous soyons. Car c’est dans la foi et dans l’obéissance à ce que Dieu veut pour nos vies, que se trouve la bénédiction.

Ma vie pendant:
Bref, en mars 2014 (deux mois après avoir crié à Dieu) Dieu m’a touché d’une façon plus que merveilleuse! Dieu est tellement grand dans sa façon d’orchestrer la vie en général. En fait, en faisant du ménage dans ma boite de courriels, je suis retombée sur une série de prédications vidéos que ma meilleure amie m’avait envoyé 7-8 mois plus tôt qui parlait de la guérison divine. J’avais alors écouté les 2-3 premières minutes en me disant : “Franchement, ça n’a pas de rapport. Si Dieu veut me guérir il le fera si ça lui tente”.

J’ai finalement écouté cette série en entier mais honnêtement, je n’avais vraiment pas une bonne attitude en l’écoutant. J’étais dans le doute, la critique sur ce que disait le pasteur. J’étais convaincue par certaines choses alors que d’autres non. Mais à la fin de la série, la pasteur a invité son épouse à venir prier et elle s’est mise à “parler aux montagnes et à leur ordonner de se jeter dans la mer”.

Ce que j’ai découvert, c’est que Dieu n’est pas limité par mon attitude ou mes réticences mais il agit plutôt selon ma foi de croire qu’il veut réellement agir dans ma vie et selon l’obéissance que je m’applique dans ce qu’il me pousse à faire.

Bref, la dame a prié pendant environ 10 minutes pour toute sorte de problèmes et de maladies auxquels les gens pouvaient faire face. Mais ce qui m’a surtout troublé c’est qu’à l’instant même où elle a prononcé le mot “intestin” et qu’elle a dit : “je commande à tout problème d’intestin de quitter”, j’ai senti dans mon ventre comme un petit pincement doux. Non seulement ce fut un pincement physique dans mon corps mais ce fut également un pincement d’espoir. Le pincement d’un nouveau départ.

J’ai été deux jours à me demander, à douter, à espérer… je voulais croire. Puis ce deuxième matin après avoir été touché dans mon corps, je me suis laissé toucher dans mon cœur. Ce matin là, je regardé mon “dispill” de médicaments (une vingtaine de comprimés par jour comprenant la médication pour ma colite et une quinzaine de différentes sortes de vitamines naturelles) et j’ai choisis de dire : “NON! Ça suffit. Je crois que j’ai reçu. Je crois que je suis guérie”.

Ce fut le départ d’une grande aventure, d’une quête vers la vraie vérité de Dieu qui rend réellement libre. Cette nouvelle approche sur les meurtrissures de Jésus qui m’avaient complètement guérie à la croix m’a renversé et à renversé toutes mes idées préconçues sur Dieu. Ce matin là, j’ai dit à Dieu : “On repars à zéro”. Je jette aux poubelles tout ce qu’on m’a enseigné depuis mon enfance et c’est toi qui va m’enseigner Ta vraie vérité. Seulement Toi, moi et le Saint-Esprit.

J’ai passé alors environ 8 mois enfermée dans ma chambre à écouter 3-4 prédications chaque jour, faisant des recherches dans ma bible, prenant des notes, priant et discutant avec mes amies, mes pasteurs, ma famille. Remettant en question tout ce qu’on m’avait enseigné depuis tant d’années.

Ma vie après:
Beaucoup ont cru (dont ma mère) et d’autres croient encore à ce jour que je me suis laissé endoctriner par des érudits spirituels. Mais j’ai lu, j’ai cru et je vis de grands fruits glorieux dans ma vie depuis ce jour. En voici quelques-uns :

J’ai été voir mon docteur à l’automne 2016 pour un examen de routine, et selon mes prises de sang, je n’ai plus aucune trace d’inflammation dans mon cœur. Mon docteur ne le croyait pas et m’a demandé à 2 reprises : “Vous ne prenez AUCUNE médication en ce moment?” “Non monsieur, rien depuis 2 ans et demi”.

  • J’avais mes ligaments croisés qui étaient déchirés dans le genou gauche et maintenant je fais du vélo, du roller, du jogging, de la corde à sauter, etc.
  • Plus aucune trace de dépression dans mon corps, plus de fatigue. Toujours le sourire, toujours pleine d’énergie et toujours à jour dans mes responsabilités dans mon foyer.
  • Je marche dans la foi et dans l’obéissance, le Saint-Esprit guide ma vie et il m’a apporté la victoire pour que je puisse éliminer près de 90 livres (40 kilos). L’obésité ne fait désormais plus parti de ma vie.
  • Je confesse la vérité de Dieu sur la vie de mon mari et de mes enfants, plutôt que de parler les évidences que mes yeux voient. Dieu a remplacé la colère qui régnait dans ma maison par de la joie, de la complicité et de l’amour.
  • Ma mère qui au début pensait que j’étais en train de rentrer dans une secte bizarre, vit en ce moment un réveil incroyable et elle m’a avoué qu’elle pense peut-être vouloir commencer à prier en langues.
  • Dieu apporte des gens troublés et vidés chez moi et Il m’inspire à les encourager et prier avec eux, et ils repartent de chez moi bénis et vivent de magnifiques percées spirituelles.
    Je pense à une dame en particulier qui priait depuis qu’elle avait 15 ans pour son futur mari et qui en voulait à Dieu et l’injuriait d’avoir déjà 35 ans et d’être toujours seule. Et je l’ai encouragée à changer sa façon de prier tout comme je l’avais fait, c’est-à-dire: de parler de Dieu à ses problèmes au lieu de parler de ses problèmes à Dieu. Et deux mois plus tard elle rencontrait un jeune chrétien en feu et zélé et ils vont se marier cet automne.
  • Je marche dans l’obéissance et je sais que Dieu accomplira les plans et les rêves qu’il a mis sur mon cœur. Je fais actuellement des études bibliques par correspondances.

 

Ma conclusion:
Voici quelques grandes vérités bibliques que j’ai découvertes et qui ont complètement changées ma vie à tout jamais:

  • Dieu utilise les revers et les travers de la vie pour Sa gloire. Mais il n’en n’est pas l’auteur. La maladie ne vient pas de Dieu. (Jean 10:10 et Actes 10:38)
  • Dieu non seulement peut guérir toutes nos maladies mais il veut les guérir. (Luc 5:13 et Psaumes 103:3)
  • Je dois arrêter de demander à Dieu des choses qu’il m’a déjà données. (Jean 14:27 et Philippiens 4:19)
  • Tout comme un policier a le pouvoir et l’autorité de rétablir de l’ordre… Nous pouvons empêcher l’ennemi de régner dans nos vies. (Luc 10:19 et Éphésiens 6:10-12)
  • Ce que je déclare de ma bouche est d’une importance capitale. De ma bouche sortira des fruits. Des bons ou des mauvais. Et je récolterai ce que j’aurai semé. (Proverbes 18 :21 et Proverbes 12 :18)
  • Je dois arrêter de parler à Dieu de mes problèmes mais je dois commencer à parler de Dieu à mes problèmes. (Marc 11:23 et Matthieu 18:18)
  • Je dois imiter Jésus. Jésus n’a jamais demandé à Dieu: “Dieu, s’il te plait, guérit ce malade. Dieu s’il te plaît, calme cette tempête, etc.” Mais Jésus parla à la tempête avec autorité et la tempête se calma. Dieu parla aux ténèbres et la lumière fut. Proclamons la Parole de Dieu sur nos circonstances et jouissons des miracles que Dieu a en réserve dans nos vies.

Amen.

 

 

4 Comments on La puissance de la proclamation de la Parole

  1. Sarah
    September 14, 2017 at 3:12 pm (1 month ago)

    Superbe témoignage et merci pour le partage Marie !

    Reply
    • Marie
      September 14, 2017 at 3:59 pm (1 month ago)

      Il m’a bcp encouragée aussi. Merci de ton passage Sarah 🙂

      Reply
  2. Noémie
    July 5, 2017 at 10:26 pm (4 months ago)

    Woaw !!! Merci beaucoup pour ce partage. Merci pour ton témoignage Anne-Marie !! Je suis bénie et encouragée à la lecture de cet article et plus stimulée que jamais à prendre les armes et proclamer la grandeur de mon Dieu face à toutes les difficultés de la vie et les stratégies de l’ennemi.

    Reply
    • Marie
      July 10, 2017 at 10:51 am (3 months ago)

      Bonjour Noémie,

      C’est vrai que son témoignage est vraiment encourageant, il m’a fait bcp de bien aussi 🙂 On oublie trop souvent de qui nous sommes les héritiers! Sois bénie

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *